Τρίτη, 26 Μαρτίου 2013

Le 25 Mars, jour de l’indépendance pour la Grèce.


Partout défilés ‘privés’ pour les politiciens.


Comme l'année dernière, à Athènes, le défilé s'est déroulé sans la population athénienne. La place Syntagma était fermée au public, 4.ooo policiers ont bouclé la zone et seuls les officiels ont pu assister au défilé. Pour les athéniens, il ne restait que l'option télévisée...

A Rhodes, un groupe de citoyens indignés a insulté les politiciens locaux. Un policier a tenté de mettre de l'ordre et des manifestants en colère l'ont frappé au visage. La police anti-émeute a dû intervenir pour que la parade se poursuive. Une femme aurait même attaqué  un conseiller municipal avec un couteau.

A Ierissos, le village qui a dernièrement été envahi par la police anti-émeute et la bridage anti-terroriste suite aux évènements de la mine de Skouries, le défilé scolaire s'est transformé en une nouvelle manifestation contre l'exploitation minière et la répression policière. Les étudiants portaient un t-shirt "SOS Halkidiki" ou "Des gaz lacrymogènes dans l'école, 7 mars 2013" en rappel des évènements répressifs.
 
A Loutraki, le chef de la police a été suspendu après l'agitation des participants qui refusaient aux néo-nazis de l'Aube Dorée de déposer leur offrande.

Un maire a également été menacé par Elias Kasidiaris, le porte parole de l'Aube Dorée, pour avoir refusé de lui laisser placer une couronne. Des membres du groupuscule néo-nazi ont manifesté devant la chaîne de télévision Mega car elle diffuse des séries turques. Un des parlementaires aurait uriné sur la porte de la chaîne...

Un garçon de l'école d'Athènes a été nommé comme porte drapeau pour donner un signal contre le racisme et contre l'Aube Dorée.

Un garçon de l'école d'Athènes nommé comme porte drapeau comme un signal contre le racisme.

A Thessalonique, une banderole en soutien à Chypre a été présentée ("Nous sommes tous chypriotes")

Source / traductions Okeanews.
 


1 σχόλιο:

Sharethis