Σάββατο, 23 Μαρτίου 2013

Jacques Lacarrière : Ombres et lumières ou l’éblouissement des années grecques 1950-1966.




On connaît le Jacques Lacarrière « buveur d’horizons », voyageur impénitent, passeur de mots, au-delà des rives familières. Un Jacques Lacarrière dont la prose et la poésie font surgir les images : L’Eté grec, Chemins faisant, Les hommes ivres de Dieu, A l’orée du pays fertile…

On connaît moins, ou peut être pas, le Jacques Lacarrière « jardinier des images ». Dès les années 50, ébloui par le soleil grec, l’écrivain se livre à l’incandescence de ses lumières et de ses ombres.

Un simple 50mm Leica devient son stylo. La lumière sa syntaxe. Pris au hasard des rencontres et des vagabondages grecs, ces instantanés inédits qui se passent des mots écrivent son carnet de voyage secret.

A travers ce pays aux « lieux nus et brûlants », il va, « entre ce noir et ce blanc entre lesquels il n’y a rien », exercer son ½il à figurer le visible : îles, pêcheurs et paysans, marins et gamins, arêtes vives et surfaces arasées, murs chaulés et verticalité des ombres… Mais aussi tenter de capter l’invisible : comme cette grâce de Dieu qui retombe en plénitude sur les visages juvéniles ou ravinés des moines du Mont Athos.
 

Galerie 3F, 58 rue des Trois Frères 75018 Paris 18 Tel 06 63 22 48 68

Du 19 mars 2013 à 14:00 au 24 mars 2013 à 19:00 

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Sharethis