Κυριακή, 13 Ιανουαρίου 2013

Nous vivons dans un capitalisme sauvage (Costas Gavras)


Le réalisateur de renommée internationale, Costas Gavras, dont le dernier film "Le Capital" sortira dans les salles en Grèce le 14 janvier, a répondu aux questions du public lors d'une discussion organisée mardi soir à la Maison des Arts et des Lettres à Athènes.

"Nous prend l'argent des pauvres qui sont nombreux pour donner aux riches". Cette phrase cynique d'un cadre de Goldamn Sachs a incité le cinéaste à tourner "Le Capital".

Le film dépeint le monde de la finance à travers un personnage normal qui se transforme en un banquier féroce joué par Gad Elmaleh.
Le public a défié le froid et s'est rendu en masse à la manifestation afin de poser des questions au cinéaste sur les problèmes immenses de notre époque. 

"Derrière le pouvoir de séduction d'un banquier, son instruction et sa culture se cache un côté obscur, celui des entreprises. C'est ce que j'ai essayé de trouver et de raconter dans mon film", a expliqué M. Gavras, avant d'ajouter que "nous vivons dans un capitalisme sauvage, nous sommes retournés de nombreuses années en arrière, au 19ème siècle". 

Le réalisateur a admis que la solution aux problèmes immenses ne sera pas donnée par un film, soulignant que ce n'est le rôle ni du cinéma ni du réalisateur mais que ce qui l'intéresse c'est "la résistance à la catastrophe".
"La solution", a-t-il estimé, "viendra des personnes pour lesquelles nous votons. Nous devons savoir qui nous choisissons et pourquoi nous les choisissons. Voila le problème. Et c'est surtout un problème grec depuis de nombreuses années". Source:amna


Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Sharethis