Πέμπτη, 25 Απριλίου 2013

A Makronisos, le cinéma a son rendez-vous avec l’histoire et la poésie




Makronisos est un îlot non-habité entre Lavrio et l’île de Kea balayé par le temps et grillé par le soleil. Cet îlot a servi de centre de rééducation ‘’contre l’expansion du communisme’’ pour plus de 80.000 citoyens considérés comme ‘’ennemis internes’’ au moment où la guerre civile fait rage.

Le documentariste Genevois Olivier Zuchuat signe une coproduction suisse-française-grecque avec le titre caractéristique, ‘’Comme des lions de pierre à l’entrée de la nuit ‘’, pour retracer le sort de ces prisonniers politiques. A noter que parmi les déportés de l’époque, on trouve des poètes comme Giannis Ritsos, Tasos Livaditis, ainsi que d’autres artistes tels que le compositeur Mikis Theodorakis ou le metteur en scène Nikos Koundouros. Zuchuat choisit les poètes et leurs vers, ‘’la consolation des mots’’ souvent cachés dans des trous qui gagnent le pari de l’éternité lorsque l’expérience de l’enfer arrive à sa fin. 

Le film alterne l’image de l’îlot abandonné aujourd’hui et les ruines de camps avec des images issus d’archives. Quant au discours du film, ceci mêle poèmes écrits par les déportés, haut-parleurs des camps sur les règles à respecter et des voix-off qui tendent d’éclaircir le contexte historique. 

Il faut souligner que le film a reçu le Prix du jury œcuménique au Festival international du film documentaire et du film d'animation de Leipzig.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Sharethis