Πέμπτη, 12 Ιουνίου 2014

Référence culturelle par excellence, le Festival d’Athènes et d’Epidaure 2014.





Avec plus de 70 événements culturels au total, il est évident que le pluralisme est la caractéristique la plus notable du Festival d’Athènes et d’Epidaure 2014 , la référence culturelle par excellence des étés de la capitale grecque, qui cette année se déroulera du 1 juin au 16 août. 

Cette prestigieuse célébration culturelle, soutenue cette année encore par l'Institut Français de Grèce, est marquée par une présence française de taille. Outre quelques stars comme Isabella Rossellini et Isabelle Huppert, l’excentrique actrice espagnole Angelica Liddell, et de deux productions de caractère festivalier, Le soulier de satin de Paul Claudel et La Grande Chimère de Karagatsis, de nombreux jeunes artistes grecs participent au festival. 

Avec une programmation théâtrale riche, de la musique, de la danse et des arts visuels, ce festival se déroule à Athènes et Epidaure depuis plus de 50 ans et ses scènes ont accueilli d’illustres figures artistes grecques et internationales. Son directeur artistique Georges Lukos, connu pour son travail durant une longue période au Festival d’Avignon, dans sa tentative pour faire connaître de nouvelles forces artistiques, a opté pour la présentation de jeunes artistes perpétuant ainsi une tradition qui vise à accueillir les tendances modernes de la création grecque, sans perdre le contact avec la scène artistique étrangère. 

Ainsi, en dépit des temps difficiles, le programme du festival a pu accueillir 27 productions théâtrales grecques; la présence de groupes artistiques jeunes est très forte, tandis que dix-sept des directeurs qui participent au festival le font pour la première fois.
À Athènes, se présentent vingt-deux de ces spectacles du répertoire tant grec qu’étranger. Sont également invités six groupes étrangers, représentant les tendances esthétiques actuelles, dans le contexte d’un dialogue interculturel avec la scène européenne et, bien sûr, dans la grande tradition du théâtre chinois.

Pour la premiere fois en Grèce, le distingué directeur Luc Bondy dirige Pierre de Marivaux. Emmanuel Demarcy Mota, qui a laissé les meilleures impressions l’année dernière avec sa version de Rhinoceros, revient avec une présentation à multiples facettes des textes et des oeuvres du grand Eugène Ionesco; Angélica Liddell, auteur, metteur en scène et actrice, une figure de proue de l'avant-garde espagnole, présente au public grec son nouveau travail, et Fiona Shaw, deux ans après sa performance au petit théâtre d'Épidaure, revient avec une performance sur les oeuvres de Coleridge, le personnage énigmatique du romantisme anglais. 

Quant à la danse, à travers sept nouveaux spectacles grecs, se confirme l’intention de faire connaître les professionnels grecs avec l'incorporation de nouveaux projets, le regain de confiance dans les tendances expérimentales contemporaines ainsi que le retour des créateurs influents.

Parmi les participations étrangères il y a deux noms qui ont marqué l'histoire de la danse du XXe siècle: Jiri Kylian et Trisha Brown, le chorégraphe le plus important de la danse postmoderne américaine. Ne manquent pas non plus de nouvelles participations comme Dada Masilo ou d’interprétations hybrides de l'art du langage corporel, comme le spectacle du groupe de Cirque Moderne Circa y du Quartet Debussy.

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Sharethis