Κυριακή, 11 Αυγούστου 2013

Thèmes dominant l’actualité grecque.




Grèce – Etats-Unis : l’entretien hier à Washington entre le Président américain, M. Obama, et le
PM grec, M. Samaras, retient toute l’attention de la presse qui met en relief le soutien à la Grèce et le message contre l’austérité envoyé par M. Obama à l’Europe.

Kathimerini souligne que M. Obama a plaidé jeudi pour une politique de croissance, affirmant que l’austérité ne pouvait pas être l’unique stratégie pour sortir de la crise. Selon le journal les déclarations du Président américain « marquent la volonté de Washington de soutenir la Grèce dans ses efforts pour éviter l’imposition de nouvelles mesures et d’encourager l’adoption par l’UE de politiques visant à lutter contre le chômage et à renforcer la croissance ». De l’avis du journal « M. Samaras a obtenu plus qu’il a souhaité et a quitté la Maison Blanche très optimiste ». Selon des sources gouvernementales grecques Athènes n’a pas caché sa satisfaction quant aux résultats de l’entretien mais surtout quant aux perspectives qui s’ouvraient pour l’avenir ».


Eleftheros Typos et Ethnos parlent de « double message d’Obama » : il a affirmé son soutien à la Grèce et lancé des piques à l’Allemagne.

Eleftheros Typos résume ainsi les déclarations du président américain : « Les Etats-Unis veulent aider la Grèce. L’austérité seule ne constitue pas la solution, il faut avoir un vrai plan pour la gestion de la dette ». De son côté, le PM grec a évoqué l'importance d’insister sur la croissance et la création de nouveaux emplois, en soulignant qu’ainsi « les sacrifices consentis par les Grecs ne seront pas en vain ». Pour sa part,

Ethnos souligne à la une que « M. Obama a dénoncé la politique d’austérité imposée par Berlin ».

Ta Nea parle à la une d’« intervention retentissante » du président Obama : « il a reconnu les sacrifices consentis par le peuple grec et envoyé un message retentissant aux pays puissants de la zone euro, en insistant sur le fait que la dette publique de la Grèce ne pourra pas être remboursée si les mesures d’austérité sont privilégiées à celles visant à soutenir la croissance et l’emploi ». Ce quotidien souligne en titre que la rencontre Samaras-Obama a marqué « la détermination de Washington de soutenir la Grèce dans ses efforts de sortie de la crise ».

Le Journal des Rédacteurs
« le Président américain a tiré profit de sa rencontre avec le PM grec pour adresser un message à l’UE ». Selon M. Obama « la crise économique ne peut pas être gérée seulement par le biais de l’austérité, il faut de la croissance et la création d’emplois ». Il a souligné qu’il s’agit d’un « enjeu majeur non seulement pour l’Europe mais également pour l’économie mondiale ». Le PM grec aurait de son côté mis en relief le rôle stabilisateur de la Grèce dans la région élargie. Se référant à l’entretien entre MM. Samaras et Kerry

Ethnos note que M. Kerry a exprimé sa solidarité au peuple et salué les efforts du gouvernement grec. La porte-parole du département d’Etat américain, Mme Psaki, a qualifié la rencontre de « constructive ».

Plus critique, Eleftherotypia titre à la une « Obama : Taisez-vous et creusez », en soulignant que « le Président américain a fait clairement savoir à M. Samaras qu’il faudra continuer à appliquer la ‘‘recette’’ de la troïka ». De l’avis du journal, à la suite de leur entretien, « tant M. Obama queM. Samaras ont adressé un message clair en faveur de la politique liée à la mise en œuvre des mémorandums et des engagements de la Grèce vis-à-vis de ses créanciers ». « Le président américain s’est limité à formuler le souhait que la Grèce arrive à survivre à l’austérité. Il a reconnu les sacrifices du peuple grec mais n’a pas remis en cause la politique de la troïka ».

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου

Sharethis